Bonjour tout le monde,

Je voudrais vous parler d’un sujet très actuel pour moi et dont on ne parle pas souvent...

L’accompagnement de nos aînés !

 

Oui nos aînés qui soit restent à la maison lorsque le contexte familial le peut soit partent en maison de retraite ou spécialisées.

Lorsque la vieillesse s’installe soit progressivement soit soudainement par le biais d’un accident ou d’un incident ou de la maladie.

Les accompagnants sont là, famille, auxiliaires de vie, aides à domicile, aides soignants, infirmières, kinés, médecins etc

Et bien nous aussi  nous pouvons avoir un rôle efficace à jouer.

Nos aînés ont eux aussi des émotions, des peurs, des angoisses, des douleurs, des résistances,

des choses à libérer, il suffit d’observer.

Ces changements ne sont souvent pas bien vécus et pas forcément verbalisés.

Qu’ils soient conscients ou inconscients, les émotions, les souffrances sont là car tout ne passe pas par le mental.

 

J’ai eu dans mon entourage proche un monsieur de 95 ans, il était dans sa maison, il avait une

dame de compagnie 24h/24h, tout ce qu’il faut , du matériel approprié, des repas équilibrés, de bonnes pâtisseries car il était gourmand, il a perdu peu à peu la mobilité, son reste d'autonomie, la parole est devenue de plus en plus difficile, je suis souvent restée  auprès de lui car proche de la famille et j’ai vu,

j’ai ressentie , sa tristesse, son énervement  face à son impuissance grandissante. J'ai ressenti ses douleurs physiques que personne ne pouvait percevoir. 

Il était  le dernier dans la maison, il a été conscient et présent jusqu'au bout, les autres n'étaient plus là, ses enfants venaient mais ce sont des adultes avec leurs occupations et leurs incompréhensions.

Le téléphone ne sonne plus parce que l'on croit qu'il ne comprend pas. Et pourtant sur le moment, cette voix familière qu'il entend, même s'il ne peut que prononcer des sons, à ce moment là son visage s'illumine, il ressent de la joie et quelques instant plus tard, il oublie....mais le corps lui s'est nourrit de cette émotion positive.

Alors je lui ai parlé, fait des câlins, nous avons pleuré ensemble.

Je lui fait des soins parce que comme nous il ne peut se libérer tout seul de ce trop plein d’émotions et de ses peurs.

 

Il y a aussi, ce moment où il est temps de partir, de rejoindre ceux qui nous ont quittés.

Il m’a été aussi demandé d’intervenir à distance afin de rassurer, d’expliquer, d’accompagner, d’apporter de la sérénité, l’acceptation, je transmets souvent à la famille le ressenti de cet échange, cela les rassure aussi, car eux aussi en ont besoin, des fois j’ai des informations ….

C’est une communication avec la personne mais aussi avec son âme.

Tout le monde a besoin de douceur.

Ce sont des échanges que j’affectionne beaucoup, il y a beaucoup d’amour.

 

Voilà, je voulais vous parler de cela, parce que c’est là et c’est important.

ainé.png